LE SERIAL WINNER

par Eléonore Ribes
Focus Prix & appels à candidature

Alors qu’il était à Dubaï pour recevoir son prix HIPA, le 17 mars 2015, Yvon Buchmann remportait le Sony France National Award de la World Photography Organisation. Portrait.

<br />© Yvon Buchmann.

© Yvon Buchmann.

“J’ai eu mon premier appareil photo entre les mains à l’âge de 7 ou 8 ans, mon père me l’avait offert. J’en ai aujourd’hui 60”. Pour Yvon Buchmann, c’est l’âge de l’accomplissement. Depuis Dubaï où il séjourne pour recevoir l’un des prix HIPA, il a reçu une autre bonne nouvelle : sa 1ère place au Sony National Award. L’Alsacien n’en revient toujours pas.

A l’âge de 19 ans, après un accident qui lui impose un fauteuil roulant, Yvon Buchmann délaisse son boîtier pour suivre une formation en comptabilité. C’est également à cette période qu’il consacre son temps libre à la photographie et forge son œil. Malgré ses compétences, il n’exerce pas le métier de comptable. Après de nombreux postes temporaires, il devient, dans les années 2000, webmaster. La vie suit son cours, Yvon devient père, travaille et ne photographie plus. Sa passion pour le huitième art, il la mettra au placard pendant presque trente années. Mais en 2006, sa femme tombe malade et il ressent “cette envie intarissable” de s’y replonger. “Un soir, je marche et sous un pont je découvre cette inscription : ‘Ma jeunesse s’enfuit et la vie aussi.’ Cela m’émeut. Ni une ni deux, je rentre chez moi, je récupère mon appareil et j’y retourne pour prendre ce cliché.” Grâce à cette photo, il gagne son premier prix.

Cliché récompensé par le HIPA, Bollwiller, France, avril 2011.<br />© Yvon Buchmann.
Cliché récompensé par le HIPA, Bollwiller, France, avril 2011.
© Yvon Buchmann.

Depuis toujours, Yvon Buchmann tire son inspiration de Robert Doisneau ou d’Henri Cartier-Bresson. Le noir et blanc fait partie de son quotidien. C’est d’ailleurs un monochrome qui lui a permis d’obtenir, cette année, la quatrième place de la quatrième saison du concours photo HIPA. Le Hamdan International Photography Award, créé par le sheikh Hamdan Bin Mohammed Bin Rachid Al Maktoum, a récompensé une image qui, pour le photographe amateur, raconte le temps qui file à toute allure. Il ne tarit pas d’éloges sur son séjour à Dubaï où tout est démesuré. “Avec cette place dans la catégorie générale, je devrais gagner 9.000 dollars”, se réjouit Yvon.

Doué pour le noir et blanc donc. Mais aussi pour la couleur. Yvon Buchmann monte sur la 1ère marche du podium au Sony National Award avec une photo intitulée “Douce enfance” prise en mai 2014 lors d’un voyage chez un ami, pasteur au Sénégal.

Photo primée au Sony National Award, Ndiaganiao, Sénégal, Mai 2014.<br />© Yvon Buchmann.
Photo primée au Sony National Award, Ndiaganiao, Sénégal, Mai 2014.
© Yvon Buchmann.

Grâce à ce nouveau prix, il devrait hériter d’un équipement numérique réflex Sony. Pourtant il admet sans complexe que “ce n’est pas tellement [sa] tasse de thé”. “Je ne suis pas trop musculation en général [rires]. Je cherche toujours le matériel le plus compact, le plus discret aussi.” Pendant de longues années, toutes les images qu’il prend ont eu trait à la thématique du temps qui passe, à son histoire. Aujourd’hui, l’homme derrière l’appareil photo s’attriste de ne plus avoir le temps de photographier et se cherche un nouveau projet photo pour l’avenir.

Partager l'article avec vos proches